Camerfeeling
Camerfeeling lance sa première radio 100% culture. News and Culture from Cameroon.
Adamaoua

- CAMEROUN - CULTURE ET TRADITIONS


Adamaoua : Gunbela accueille son nouveau chef

Vous êtes ici >> Accueil/Les Dossiers/- CAMEROUN - CULTURE ET TRADITIONS/Adamaoua : Gunbela accueille son nouveau chef
Adamaoua
Adamaoua : Gunbela accueille son nouveau chef
02/07/2007 - Lu 2502 fois
  • Note moyenne : 2.80/5
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Note moyenne : 2.8/5 (5 notes)

Meiganga (Mbere)- Le village de Gunbela, situé à une vingtaine de kilomètres du centre urbain sur l’axe national n°1 est l’une des vieilles localités du canton de Meiganga.
Michel BEYA (CAMNEWS)

Meiganga (Mbere)- Le village de Gunbela, situé à une vingtaine de kilomètres du centre urbain sur l’axe national n°1 est l’une des vieilles localités du canton de Meiganga. L’histoire remonte vers les années 1900 avec sa création sous le règne du chef Yango. C’est pendant la période régnante du sixième chef Djaoro Kessoum de 1937-1941, période coïncidant avec l’ouverture de l’axe Meiganga-Ngaoundéré, que le village Gunbela a véritablement pris son envol. Djaoro Kersoum fut alors remplacé par Docko Adjia qui a battu le record de longévité au règne (1941-2007). Décédé le 3 novembre 2006 à l’âge de 111 ans, le chef Docko Adjia qui avait régné pendant 56 ans était de son vivant un gardien de la tradition, symbole de l’unité et de la paix.

Le 12 mai dernier Gunbela a fait sa plus belle toilette à l’effet d’accueillir son nouveau chef du village, après sept mois de vacance. Une cérémonie riche en sons et couleurs qui a mobilisé les élites intérieures et extérieures dont l’éclat fut rehaussé par la présence du sous-préfet de Meiganga, M. Biwelé Serge Sal maître de ladite cérémonie, et du lamido de Meiganga Sa Majesté Sabo Moussa, accompagné pour la circonstance par toute sa cour. D’entrée de jeu, le sous-préfet a situé l’événement du jour dans la stricte tradition avant d’attirer l’attention de la population que c’est elle-même qui choisit son chef de village. Lequel choix, a martelé le chef de terre devra se porter sur le candidat dont la capacité à rassembler les gens et la moralité ne sauraient faire l’objet de doute.

Les cinq candidats en lice, tous de la famille régnante, ont été présentés à la foule. Le collège électoral était constitué de 15 notables de cette chefferie. A l’issue du vote démocratique, deux des candidats Oumarou Sanda et Djouldé Adjia étaient à égalité avec 7 voix, le troisième candidat un certain Mamang Dicteur avec une voix et les deux autres derniers Hamadjoulde et Adjia Nathael 0 voix chacun. Il a fallu aller au deuxième tour pour départager les deux candidats avec l’unique voix en " or ", en ballottage qui finalement est revenue au candidat Djouldé Adjia. Sans plus tarder, les notables du lamido de Meiganga vont changer le statut de l’élu en l’habillant de la tenue traditionnelle avant de le présenter à la foule sous des cris de joie.

Dans son allocution, le sous-préfet s’est tourné d’abord vers les candidats malheureux pour leur dire que le pouvoir vient de Dieu et qu’ils doivent accepter leur défaite avec beaucoup de courage. Au nouveau chef, il a été recommandé d’être plutôt le chef de tout le village et non d’un groupe. Ceci dans le souci de faire régner la paix et la tranquillité. En sa qualité d’auxiliaire de l’administration, il doit transmettre à la population, les directives du gouvernement et en assurer l’exécution. Aussi, doit-il concourir au développement économique, social et culturel du village. En un mot, a conclu le sous-préfet, il doit être un agent de développement et un apôtre de la paix. Le nouveau chef de Gunbela, fonctionnaire, est marié et père de famille

Article précédent : Danse : de petits Camerounais au QuébecArticle suivant : PETIT PAYS