Camerfeeling
Camerfeeling lance sa première radio 100% culture. News and Culture from Cameroon.

LES ARTISTES


Info

Jules Ricky Soh Fongang : Peintre à temps plein

18/02/2010 - Lu 1615 fois
  • Note moyenne : 2.73/5
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Note moyenne : 2.7/5 (11 notes)


Le jeune artiste ne lésine devant aucun obstacle pour vivre d'un art qu'il pratique avec succès depuis l'enfance.



Hier au Goethe-Institut de Yaoundé, le public a pu découvrir le nouveau sentier qu'emprunte l'artiste Soh Fongang. A l'occasion de la soirée d'ouverture de sa nouvelle saison culturelle en effet, le peintre avait été invité à produire, le temps des festivités, une fresque. Ce qu'il exécuta avec bonheur tant le show Painting fait partie des multiples cordes de l'arc de ce jeune artiste qui pratique la peinture depuis longtemps maintenant.
C'est en effet "dès l'enfance" qu'il a attrapé le virus de la peinture. "A la maternelle déjà, se souvient-il, je m'essayais au dessin. Je peux même dire que j'avais cela en moi puisque je le faisais tout naturellement". C'est ainsi qu'il va développer au fur et à mesure de son parcours scolaire ce qui apparaît comme des prédispositions naturelles pour la peinture. Dans la foulée, il sera accompagné par ses parents qui ne reculent devant rien pour faciliter son travail artistique.

Le premier virage survient ainsi en 1999 lorsqu'après avoir été reçu au Brevet d'études du premier cycle, il est admis après concours au célèbre Institut de formation artistique (Ifa) de Mbalmayo. Entrée qui va lui permettre de poursuivre avec bonheur et réussite un parcours dont les contours se font plus clairs au fil des jours. Il y apprend assidûment et auprès des maîtres les techniques qui vont lui permettre de mieux s'exprimer. Au passage, il réussit même à frapper les esprits au cours d'une exposition collective au collège Stoll à Akono en croquant en portrait l'un des responsables de l'établissement scolaire.
Mais le plus important reste à venir. Après l'obtention de son baccalauréat artistique en 2003 en effet, il rejoint Yaoundé où il piaffe d'impatience de voir ses travaux rencontrer la sanction du public. Ce sera chose faite vers la fin de l'année lorsqu'il est sélectionné parmi les artistes nés l'année du Renouveau pour participer avec d'autres à une exposition au Musée national de Yaoundé à l'occasion des 20 ans de règne du président Biya. "Un souvenir inoubliable" dans la mesure où le chef de l'Etat s'arrêtera devant sa toile pour un échange inattendu.

Cela contribuera à lui donner confiance. Puisqu'il va poursuivre son chemin professionnel en explorant plusieurs couloirs de son art. Car si le figuratif et l'impressionnisme dominent son travail, il se veut avant tout une sorte de touche à tout. Surtout que cela lui permet d'être remarqué par toutes les catégories d'amateurs qui ne courent cependant point les rues à Yaoundé. Opportuniste comme il se définit lui-même, il s'essaye donc. Avec des résultats qui lui permettent de se démarquer et de multiplier les expositions. Cette fois-ci individuelles.

Pour ce qui est des retombées, il estime, philosophe, que "c'est à l'artiste de trouver par lui-même les moyens pour vivre de son travail. C'est dur à dire mais c'est le seul moyen". Le voilà donc qui écume les bureaux pour présenter ses travaux à des particuliers. Ou alors qui dépose ses toiles dans des espaces aussi surprenants que des établissements de restauration et d'hébergement. Ce qu'il appelle affectueusement "des expositions privées". Avec au bout des ventes qui lui permettent de parer au quotidien. Sans plus ! "Mais je ne me plains pas, vu que survivre au Cameroun c'est déjà vivre. Donc je survis et essaye tant bien que mal de subvenir au besoin de ma petite famille dans la mesure du possible".

Un besoin qui lui impose de faire preuve chaque jour d'innovation. C'est pourquoi il ne rechigne pas d'aller vers les gens car "les Camerounais ne sont pas suffisamment renseignés sur les questions de l'art". Dans la même orientation, il explore de nouveaux horizons. Comme ce Show Painting d'hier. Ou encore les graffitis qu'il s'emploie, à son domicile où les murs sont envahis de ses créations, à plaquer sur les Tee-Shirts. Il vient d'ailleurs de se procurer un matériel de pointe qui lui facilite le travail. Convaincu que sa passion devenue métier doit se transformer en profession. Tout un programme qui ne l'effraie cependant pas.

Parfait Tabapsi

Auteur : infos sur l'auteur | contactez l'auteur
Définition précédente : Julius ESSOKA Définition suivante : Kareyce Fotso