Camerfeeling
Camerfeeling lance sa première radio 100% culture. News and Culture from Cameroon.

ECRIVAINS


Info

Guillaume Oyono Mbia

18/02/2010 - Lu 4614 fois
  • Note moyenne : 2.61/5
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Note moyenne : 2.6/5 (18 notes)

Guillaume Oyono Mbia


Guillaume Oyono Mbia fête ses 70 ans le 2 mars prochain. Cet écrivain aujourd'hui notoirement connu à travers le monde a été révélé par une pièce de théâtre qui a fait le tour du monde et qui, à ce jour, a été traduite en au moins cinq langues : Trois prétendants …un mari.

Depuis sa première édition en 1964, cette pièce de théâtre n'a cessé d'être rééditée. Elle a fait et continue de faire l'objet de travaux de recherche dans les universités ; elle a été jouée dans presque tous les pays francophones du continent. La pièce est inscrite dans les programmes de l'enseignement secondaire de plusieurs pays d'Afrique au nombre desquels figurent le Sénégal, le Mali, le Niger, le Cameroun…

Pourtant, ce chef-d'œuvre qui résiste admirablement à l'usure du temps aurait pu ne pas être publié. Trois prétendants…un mari est en effet, au départ, la somme des observations personnelles du jeune Oyono Mbia qui a assisté à une cérémonie de dot, augmentée du fruit de son imagination personnelle et consignées dans un cahier d'écolier. Ce cahier d'écolier sera remis par étourderie à son professeur de français, en lieu et place du devoir à faire à la maison que ce dernier avait donné. S'attendant à être gourmandé, le jeune auteur fut plutôt encouragé à mener à son terme son projet d'écriture. Ce qui fut fait, admirablement ! Depuis lors, quel destin pour cette pièce ! Trois prétendants…un mari est la première œuvre de fiction parue aux éditions CLE ? la première édition est une simple version dactylographiée sur papier au format A4, agrafée au dos. Malgré cette forme originelle modeste, la pièce a dès sa parution frappé les esprits et retenu l'attention à la fois des lecteurs anonymes et des responsables et acteurs culturels divers.
L'invitation à l'ambassade de France à Yaoundé

Créée à l'occasion d'une visite d'officiels camerounais et français dans le Région du Sud Cameroun, c'est par la pièce de Guillaume Oyono Mbia que fut inauguré le Centre Culturel Français de Yaoundé, en l'absence de l'auteur qui n'en fut même pas informé. Après le succès de la représentation de Yaoundé l'ambassadeur de France à Yaoundé demanda à recevoir l'auteur de la pièce. On retrouva ainsi le jeune élève nommé Guillaume Oyono Mbia à qui on donna pour seule information que l'Ambassadeur de France à Yaoundé voulait le voir. Ne sachant pas à l'avance l'objet de cette invitation inédite, Oyono Mbia confesse qu'il s'y rendit, la peur au ventre, convaincu qu'il n'en sortirait pas libre ; si ses parents et autres connaissances de Mvoutessi et des environs incarcérés étaient arrêtés directement dans leurs villages et conduits dans les geôles sans autre forme de procès, sa faute à lui, se disait-il, devait être bien grave pour que le " chef des blancs " exige de le rencontrer avant de l'envoyer au gnouf. Assis devant l'Ambassadeur de France, dans son bureau, il en était encore à essayer de comprendre le pourquoi de sa présence là que l'ouverture du champagne qu'il prit pour l'explosion d'une arme ajouta à sa confusion de jeune élève de campagne. L'auteur des Chroniques de Mvoutessi avoue que le champagne qui lui fut servi dans cette atmosphère étrange n'envoûta pas son palais ; c'est peut-être pourquoi il n'en est pas devenu un amateur.

L'oral du baccalauréat.
Après l'expérience de l'Ambassade de France, une autre mérite d'être contée : c'est le passage de l'auteur de Trois prétendants…un mari à l'oral du Baccalauréat. Le professeur français qui le reçut ne fit pas particulièrement attention au nom du petit africain dont il devait jauger les connaissances de la littérature française. Après les questions sur les classiques français qui figuraient au programme du baccalauréat auquel se présentait Guillaume Oyono Mbia, l'examinateur qui avait pris part à l'inauguration du CCF de Yaoundé voulu tester la connaissance que le jeune camerounais avait de la littérature naissante de son propre pays. Il lui proposa alors l'analyse d'un extrait de Trois prétendants…un mari. Guillaume Oyono Mbia fut ainsi amené à commenter sa propre pièce de théâtre. Il se garda bien de révéler préalablement son identité à son examinateur qui se serait attendu à tout, sauf à ce que le jeune homme en culotte courte qui était assis en face de lui soit l'auteur de la pièce de théâtre dont tout le monde dans la ville parlait déjà.

Insatisfait des explications du candidat l'examinateur ne se fit pas prier pour se lancer dans de longs développements. Commençant par la biographie, il confondit Guillaume Oyono Mbia et Ferdinand Oyono. Il déclara que l'auteur de Trois prétendants…un mari, après de brillantes études secondaires au Cameroun était en train de poursuivre son cycle supérieur en France ….Au sujet de l'extrait de la pièce qu'il avait proposé au candidat, rien ne l'arrêta dans ses extrapolations, sinon l'exclamation du candidat qui déclara à haute voix : "Je ne croyais pas avoir tant dit dans ma pièce". Le candidat aida par la suite son examinateur, revenu de sa surprise et de son étonnement d'être en présence de l'auteur de Trois prétendants…un mari, à corriger la confusion d'identité entre les cousins Guillaume Oyono Mbia et Ferdiand Oyono, tous écrivains de talent et à s'enquérir des éléments ethnostylistiques s'interprétation de la pièce devenue depuis lors fameuse.

Par Marcelin VOUNDA ETOA*

Auteur : infos sur l'auteur | contactez l'auteur

Les Commentaires

1 commentaire - Montrer | Rédiger
Définition précédente : Arsène Beyene Définition suivante : Solange Aïcha