Camerfeeling
Camerfeeling lance sa première radio 100% culture. News and Culture from Cameroon.

LES ARTISTES


Info

Joséphine Ndagnou

18/02/2010 - Lu 2468 fois
  • Note moyenne : 2.18/5
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Note moyenne : 2.2/5 (17 notes)

Joséphine Ndagnou : Derrière la camera, après l’Etoile de Noudi


Portrait de la réalisatrice et actrice principale de "Paris à tout prix".
Justin Blaise Akono
 " Voilà Ta Zibi ! " S’est exclamé un jeune homme vendredi dernier au Centre culturel français de Yaoundé, à la vue de Joséphine Ndagnou, lors de la présentation à la presse de " Paris à tout prix ", son tout premier film comme réalisatrice. Et d’ajouter : " elle n’a vraiment pas changé ". Souriante, toujours avec ces mimiques d’adolescente qu’elle affiche dans " l’Etoile de Noudi " en 1990. Cette fois Joséphine incarne Suzy, jeune fille de 24 ans, issue d’une famille démunie d’un quartier populeux de Yaoundé, qui pense que partir à tout prix est la sortie du tunnel. Mais où ? A Paris.
Jeans moulants, tenues de jeune femme, Joséphine s’infiltre aisément dans la peau du personnage qui doit mener un combat, celui de la survie à travers plusieurs obstacles. Bien que certaines personnes, qui la remarquent depuis 18 ans lorsqu’elle arrive à la télévision nationale (Crtv), estiment qu’elle aurait pu laisser ce rôle à quelqu’un d’autre, Joséphine Ndagnou ne chante pas la " femme libérée ", qui " avoue son âge et celui de ses enfants ". " La presse a bien apprécié et je crois avoir fait le film que je devais faire ", reconnaît, doublement, l’actrice et la réalisatrice.

A l’affiche de cinq films, sans jamais avoir été confrontée au stress des castings, l’odyssée de Joséphine Ndagnou, commence en 1990. Elle vient d’obtenir une maîtrise d’études cinématographiques et audiovisuelles à la Sorbonne à Paris et doit être assistante réalisatrice dans le téléfilm " l’Etoile de Noudi ", adaptée d’une œuvre de Gervais Mendo Ze, alors directeur général de la Crtv, quand le réalisateur Daouda Mounchangou se rend compte que le casting pour le rôle principal n’est pas satisfaisant. Il demande à Joséphine d’essayer, et ça marche. Les téléspectateurs découvrent cette " adolescente ", face au mariage précoce, jouant aux claquettes ou cette grand-mère lui disant en Ewondo " le mariage est bien " (traduction).
La même année, elle tourne dans deux autres téléfilms du réalisateur Daouda Mouchangou. " Je ne voulais pas être comédienne. Le premier a marché et on ne voulait pas changer d’équipe ", révèle Joséphine Ndagnou. Un second rôle dans " le Retraité " et un rôle principal dans " Japhet et Jinette ", avec Charles Nyatte (Japhet). Jinette joue les épouses attentionnées au moment où les agents de l’Eta doivent subir les frasques de la compression. Puis, le silence de l’actrice. " J’ai été traumatisée par le succès qu’a connu Ta Zibi. J’avais du mal à gérer cette popularité ", explique-t-elle.

Elle se contente alors d’exercer sa profession. Elle réalise Evasion, un programme de divertissement destiné aux scolaires, les gestes qui sauvent, Champion et Je dis je lis. Elle passe même devant la caméra en présentant l’émission dominicale " Tam-tam week-end ". En 2005, elle est brièvement aperçue dans les Saignantes, un long métrage de Jean Pierre Bekolo. " On ne fuit pas son destin ", lui rappelle ce dernier. " Pendant la promotion des Saignantes, je me rends compte que le public me réclame fortement ", avoue Joséphine. C’est le déclic : " formée en réalisation et écriture de scénario, je me résous alors à écrire un scénario taillé sur mesure. Et je me dis, pour les moyens, on verra ".

Son employeur, la Crtv, lui offre un an de congé pour mener à bien son projet. D’ailleurs, ladite Crtv contribue à hauteur de 30%. Ses différents contacts dont elle a la modestie d’évoquer lui permettent de tourner un film avec du matériel de qualité. Un hélicoptère pour avoir une vue panoramique de la ville de Yaoundé, un bateau pour tourner en mer, etc. Le chanteur Henri Dikongue dont deux chansons rythment le film dit d’elle qu’elle que : " la jeune réalisatrice Joséphine Ndagnou est une battante car c’est un énorme challenge de faire un film tourné au Cameroun ". Ta Zibi, Jinette, Natou ou Suzy est de retour sur le grand écran en direct de " Paris à tout prix ".
Auteur : infos sur l'auteur | contactez l'auteur
Définition précédente : Mounam '' aka Sandra Mandengue''Définition suivante : Jean-Paul NDONGO MERRY